LES HEPATITES VIRALES

Les Hépatites virales

Hepatites viralesUne hépatite est une inflammation du foie causée par des substances toxiques, ou par des virus dans la majorité des cas. À ce jour, cinq virus provoquant une infection ciblée et une inflammation du foie ont été identifiés. Ces virus, désignés par les lettres A, B, C, D, et E, diffèrent par leur mode de transmission et leur agressivité.

Dès que les virus atteignent le foie, ils pénètrent dans ses cellules, les hépatocytes, et s’y multiplient. Il est impossible de distinguer les différentes formes d’hépatites sur la base des symptômes de la phase aiguë de la maladie. Des symptômes caractéristiques de l’inflammation aiguë du foie sont éventuellement observés lors de la contamination par ces virus et peuvent durer plusieurs semaines : jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse ou ictère), urines foncées, selles décolorées, fatigue extrême, nausées, vomissements et douleurs abdominales.

Hépatite A

C’est la moins grave des hépatites virales. Habituellement, le corps la combat en quelques semaines et reste immunisé à vie. Ce qui veut dire que des anticorps contre le virus sont présents, mais que le virus lui-même n’y est plus.

Symptômes

La période d’incubation de l’hépatite A est généralement de 14 à 28 jours.Les symptômes de l’hépatite A peuvent être bénins ou graves: on peut observer une fièvre, un mauvais état général, une perte d’appétit, des diarrhées, des nausées, une gêne abdominale, des urines foncées et un ictère (coloration jaune de la peau et du blanc des yeux). Les personnes infectées ne présentent pas toutes l’ensemble de ces symptômes.

Transmission

Le virus de l’hépatite A (VHA) se transmet par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Il peut se retrouver dans les selles d’une personne infectée et souiller la nourriture, l’eau ou les mains d’une autre personne. Les aliments crus ou pas assez cuits sont les plus susceptibles de transmettre l’infection. Le virus peut également être transmis par des fruits de mer récoltés dans des zones où des eaux d’égout non traitées se déversent.

Traitement

Cette hépatite évoluant spontanément vers la guérison, aucun traitement n'est mis en place et il n'en existe aucun de spécifique.

Le vaccin

Un vaccin permet de s’en protéger.

 

Hépatite B

L’hépatite B est l’une des principales maladies humaines. Les porteurs chroniques sont exposés à un risque élevé de décès par cirrhose du foie ou cancer du foie.

Symptômes

L’hépatite B aiguë est souvent asymptomatique, ou provoque des symptômes évoquant une grippe, une perte d’appétit et troubles digestifs, nausées, vomissements, fatigue, fièvre. Une personne infectée sur trois présente les symptômes caractéristiques d’une inflammation aiguë du foie : jaunisse ou ictère, urines foncées, selles décolorées. La période d’incubation de l’hépatite B varie de 45 à 180 jours, avec une moyenne située entre 60 et 90 jours. Il est important de souligner que chez près 1 personne sur 10, et encore plus fréquemment chez le nourrisson et l’enfant en bas âge, l’hépatite B aiguë ne guérit pas et devient une infection chronique. La plupart de ces porteurs chroniques n’ont pas de symptômes apparents bien que leur foie présente des signes d’inflammation et qu’ils restent susceptibles de contaminer leur entourage.

Transmission

Le virus de l’hépatite B (VHB) se transmet par tous les liquides et sécrétions biologiques, le plus souvent par contact sexuel et par le sang. L’hépatite B est considérée comme une maladie infectieuse extrêmement contagieuse. Le virus de l’hépatite B est 50 à 100 fois plus infectieux que celui du SIDA. Les principales voies de transmission sont les contacts sexuels, les injections (toxicomanie) et transfusions à risques, la transmission de la mère à l’enfant à l’accouchement et le contact étroit avec une personne infectée.

Le virus ne peut être transmis ni par l’eau ou les aliments contaminés, ni par simple contact sur les lieux de travail.

Traitement

L’hépatite B chronique est traitée chez certains par l’Interféron-alpha et par des médicaments anti-viraux spécifiques. Mais il s’agit de traitements dont le coût est très élevé. De plus, des virus résistants se développent fréquemment lors de ces traitements. En cas de cirrhose, une greffe du foie peut être pratiquée.

Le vaccin

En raison de la faible efficacité des traitements, la vaccination contre l’hépatite B est la principale mesure fiable et importante pour se protéger de cette maladie.

 

Hépatite C

Le virus de l’hépatite C (VHC) a été identifié en 1989 comme l’agent majeur des hépatites post-transfusionnelles antérieurement désignées sous le nom « d’hépatites non-A, non-B ».

Symptômes

L’hépatite C aiguë survient après une période d’incubation moyenne de 6 à 10 semaines. Elle est majoritairement asymptomatique. Lorsqu’elle est symptomatique, les symptômes sont semblables à ceux observés au cours d’autres hépatites virales (fatigue, nausées, douleurs suivies par l’apparition d’urines foncées et d’un ictère). A ce stade, l’état général du foie, que l’on peut estimer en mesurant la concentration des transaminases dans le sang, est peu affecté. Dans de rares cas, l’infection par le VHC peut déclencher un dysfonctionnement grave du foie.

Transmission

Le virus de l’hépatite C se transmet principalement par voie sanguine (transfusion, utilisation de drogues par voie intraveineuse, transplantation d’organes). Le risque de transmission materno-fœtal du VHC est de l’ordre de 5% si le VHC est détectable dans le sang de la mère au moment de la naissance. Bien que la transmission par voie sexuelle soit controversée, elle n’a jamais été exclue. Les co-infections VHC / VIH sont un problème croissant dans les pays où l’épidémie d’infection par le VIH est concentrée et chez les consommateurs de drogues injectables.

Vaccin

Il n’existe aucun vaccin à l’heure actuelle contre l’hépatite C. Ainsi, le moyen le plus efficace de lutter contre l’hépatite C réside en la maîtrise du risque de transmission nosocomiale du VHC : transfusions sanguines, injections à risque, etc… et la politique de réduction des risques chez les usagers de drogues injectables.

 

Hépatite D

L’hépatite D est une maladie du foie pouvant prendre la forme aiguë et la forme chronique; elle est due au virus de l’hépatite D (VHD) qui a besoin du VHB pour se répliquer. Il ne peut pas y avoir d’hépatite D en l’absence du virus de l’hépatite B.

Symptômes

Hépatite aiguë: l’infection simultanée par le VHB et le VHD peut entraîner une hépatite modérée à sévère, voire fulminante.

Transmission

Les voies de transmission sont les même pour le VHD que pour le VHB: voie percutanée ou sexuelle par contact avec du sang ou des dérivés sanguins infectés (piqûre, transfusion, tatouage, piercing et contact sexuel non protégé). La transmission verticale est possible mais rare.

Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique pour l’infection aiguë ou chronique par le VHD.

L’interféron alpha pégylé est le seul médicament efficace contre le VHD.

Le vaccin

Il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin spécifique contre le virus D mais la vaccination contre l’hépatite B protège de l’hépatite D.

 

Hépatite E

L’hépatite E est une maladie du foie provoquée par l’infection par un virus, le virus de l’hépatite E (VHE).

Symptômes

La période d’incubation après l’exposition au virus va de 2 à 10 semaines

Les signes caractéristiques de l’hépatite sont les suivants:

•        une phase initiale de fièvre modérée, de perte d’appétit (anorexie), de nausées et de vomissements pendant quelques jours; certains peuvent présenter également des douleurs abdominales, des démangeaisons (sans lésions cutanées), une éruption cutanée ou des douleurs articulaires.

•        un ictère (jaunisse: coloration jaune de la peau et de la sclérotique des yeux), avec des urines foncées et des selles décolorées; et

•        une légère hépatomégalie (hypertrophie du foie sensible à la palpation).

Ces symptômes sont souvent impossibles à distinguer de ceux apparaissant au cours d’autres maladies du foie et ils durent en général de 1 à 6 semaines.

Transmission

Le virus de l’hépatite E se transmet principalement par voie féco orale du fait de la contamination fécale des eaux de boisson.

Traitement

Il n’existe pas de traitement spécifique susceptible d’infléchir l’évolution de l’hépatite E aiguë.

Le vaccin

Un vaccin préventif de l’hépatite E a été mis au point et est homologué en Chine, mais il n’est pas encore disponible ailleurs.

 

Conclusion

Une hépatite non diagnostiquée à temps ou mal soignée est susceptible de mener à des complications très graves ; à savoir une hépatite chronique ou une cirrhose ou un cancer du foie ou encore une hépatite fulminante.

Dr AMANI

 

AMBITION GROUPE « chez nous le bonheur de demain se construit avec les efforts d’aujourd’hui »

Nos contacts:

Dr AMANI (+225) 05 35 43 09

Secrétariat tel :(+225) 22429106, cell :(+225)08246789

Mail: delarhoses@yahoo.fr

Facebook: Serge Amani hydro-côlon

Skype: delarhoses

Site: http://winalite-cotedivoire.e-monsite.com/

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Avec ANION ou WINCARE c'est la santé et le bien-être pour une autonomie financière

Dr AMANI

Fermez cet onglet pour avoir accès à la page svp !!!!